Le biathlon est un sport qui combine deux disciplines antagonistes : le ski de fond qui implique des efforts intenses et le tir qui requiert du calme et de la concentration devant les 5 cibles à viser.
Déterminant, le tir s’effectue à l’aide d’une carabine 22 long rifle, que le biathlète transporte dans son dos, dans deux positions différentes : couché et debout. Le poids minimum d’une carabine est de 3,5kg.

Les cibles sur lesquelles les biathlètes prouvent leur adresse ont un diamètre, pour le tir couché de 45 mm, pour le tir debout de 110 mm. L’intérêt et la complexité de cette discipline étant d’alterner des phases d’effort intense, des phases de calme, de concentration où précision et rapidité au tir sont indispensables. Une difficulté renforcée par la gestion de situations de confrontation directe (poursuite, mass start, super sprint et relais) avec ses adversaires.

Les épreuves

Le sprint est l’épreuve la plus courte des courses de biathlon avec une distance de 7,5km (3 boucles de 2,5km) à parcourir pour les dames et 10km pour les hommes (3 boucles de 3,3km). Sur ce format de course, le biathlète passe deux fois sur le pas de tir pour un tir couché et un tir debout. Chaque cible manquée oblige le biathlète à effectuer un tour d’anneau de pénalité d’une longueur de 150m.

 

La poursuite est une épreuve à handicap car la liste de départ est réalisée en fonction des résultats de la course sprint. La distance d’une poursuite est de 10km pour les dames et de 12,5km pour les hommes avec un passage à quatre reprises sur le pas de tir : deux tirs couché puis deux tirs debout. Chaque balle ratée se traduit par un tour de pénalité de 150m.

L’individuel est l’épreuve originale et la plus longue des courses de biathlon, les femmes doivent parcourir 15km et les hommes 20km avec 4 arrêts sur le pas de de tir. Contrairement aux autres épreuves, l’individuel alterne les positions au tir (couché et debout avant de repasser sur un tir couché et un tir debout). La conséquence d’une balle loupée sur ce format est d’une minute de pénalité rajoutée sur le temps final du biathlète.

La mass start également qualifiée de course des «reines» / «rois», est une épreuve avec un départ groupé et 5 boucles à réaliser. La distance à parcourir est de 12,5km pour les dames et 15km pour les hommes. Le passage sur le pas de tir se fait comme sur l’épreuve de la poursuite (deux tirs couché puis deux tirs debout). Chaque erreur derrière la carabine vaut un tour de pénalité de 150 mètres.

Le relais (4 x 7,5km pour les hommes et 4 x 6km pour les femmes) est la deuxième plus ancienne compétition de biathlon, au programme des Jeux olympiques d’hiver depuis les JO de Grenoble en 1968. Chaque équipe de relais parcourt quatre boucles.

Chaque étape masculine est de 3 x 2,5km, chaque étape féminine est de 3 x 2km (entrecoupées de deux passages au tir, l’un en position couché et l’autre en position debout). Pour chaque passage sur le pas de tir, le biathlète est autorisé à utiliser trois balles de pioche si nécessaire pour atteindre ses cinq cibles. Une boucle de pénalité de 150 mètres est exécutée pour chaque cible manquée après la huitième balle utilisée.

Le passage de relais se fait dans une zone dédiée où le concurrent qui en termine doit toucher une partie du corps de son coéquipier qui peut alors s’élancer.

Le relais mixte est au programme des Jeux olympiques d’hiver depuis les JO de Sotchi en 2014. Chaque équipe est composée de deux hommes et deux femmes. Pour chaque épreuve il est déterminé si ce sont les hommes ou les femmes qui partent en premier. Les mêmes sexes commencent consécutivement. Si les femmes partent, la distance sera de quatre boucles de 6 km (3 x 2km) entrecoupées de deux passages au tir, l’un en position couché et l’autre en position debout. Si il s’agit des hommes, alors ce sera quatre boucles de 7,5km (3 x 2,5 km) entrecoupées de deux passages au tir, l’un en position couché et l’autre en position debout.

Pour chaque passage sur le pas de tir, l’athlète  est autorisé à utiliser trois balles de réserve si nécessaire pour atteindre ses cinq cibles. Une boucle de pénalité de 150 mètres est exécutée pour chaque cible manquée après la huitième balle utilisée avant commencer la boucle suivante. Le passage de relais se fait dans une zone dédiée où le/la concurrent(e) qui en termine doit toucher une partie du corps de son/sa coéquipier (ère) qui peut alors s’élancer.

Autre format de relais, chaque équipe est composée d’une femme et d’un homme qui doivent réaliser l’un après l’autre et à deux reprises des relais entrecoupés de deux tirs. Le biathlète qui débute la course doit effectuer un parcours de 3km, le deuxième à s’élancer doit lui parcourir 4,5km. La conséquence d’une faute au tir se traduit par un tour d’anneau de pénalité de 75m.

Le super sprint est une épreuve qui se déroule en deux étapes, d’abord une phase de qualifications puis une phase finale. La séance de qualification se fait sur une distance de 3km avec un tir couché et un tir debout. Une balle de pioche est autorisée, avec un tour de pénalité de 75m en cas de faute supplémentaire. Les 30 meilleurs biathlètes sont qualifiés pour la finale du super sprint.

Le départ de la finale se fait en mode mass start pour une distance de 5km à parcourir avec quatre tirs à réaliser (couché, couché, debout et debout). Comme pour les qualifications, une balle de pioche est à disposition des biathlètes sur chaque tir avec un tour de pénalité de 75m en cas d’erreur supplémentaire.

Plus
de 900
clubs

Trouvez un club FFS

Découvrez le documentaire consacré à l’Equipe de France de biathlon